parfum-grece-antique

Parfum : quelle est l'importance du parfum dans la Grèce antique ?

de lecture - mots

Le parfum était important dans la vie quotidienne en Grèce antique. Les grecques étaient convaincus que les nombreuses plantes aromatiques présentes dans la nature étaient d'origine divine.

L'importance du parfum

Les méthodes de préparation de parfums ont été inventées et perfectionnées en Mésopotamie et en Égypte début du 4e millénaire avant l'ère commune. À L'époque mycénienne, le parfum occupait une place importante dans l'économie grecque. Essentiellement réservé aux rois, aux prêtres et aux aristocrates, le parfum se répandit dans la société durant les époques classique et hellénistique. Les Grecs n'employaient pas les parfums qu'à titre cosmétique. Ils avaient aussi des usages sacrés. Par exemple, les fidèles d'une divinité appliquaient parfois du parfum sur sa statue, et on en utilisait lors des mariages et des funérailles. On parfumait parfois les aliments et le vin afin d'améliorer la présentation d'un repas. L'art de la parfumerie relevait de la médecine et de la pharmacologie, et les médecins consacraient des ouvrages entiers aux meilleures recettes de parfums. 

La collecte des ingrédients

Un parfum est constitué de deux composants principaux : une substance grasse appelée "excipient" , par exemple une huile végétale ou une graisse animale... et une substance odorante, comme des fleurs ou des plantes. Dans la Grèce antique, l'excipient le plus courant était l'huile d'olive. Cependant, à en croire Théophraste, les huiles les plus précieuses étaient celles provenant des noix des déserts de Syrie et d'Égypte. Les ingrédients odorants pouvaient avoir des origines très variées : des fleurs comme les roses et les lis, des herbes comme l'origan, des épices comme le safran, des résines comme l'ambre, ou encore des feuilles. Certaines fragrances étaient également importées. par exemple la cannelle d'Inde et l'encens de Syrie. Ces senteurs exotiques étaient considérées comme très sophistiquées.

piece-grec-antique

l'extraction

Le mélange de la senteur à l'excipient gras était appelé l'enfleurage. Deux méthodes existaient. Si la fleur sélectionnée était fragile, la technique d'extraction préférée était l'enfleurage à froid nécessitant une étoffe imbibée d'huile. On commençait par frotter l'étoffe contre les pétales afin de saturer l'huile de la senteur. Puis l'étoffe était pressée afin de récupérer l'huile parfumée. L'enfleurage à chaud supposait de chauffer l'excipient avant d'y mélanger la substance odorante

Ebullition et macération

Pour le procédé d'enfleurage à chaud, ou digestion, on faisait chauffer l'excipient. Une fois les ingrédients odorants plongés dans l'huile chauffée, le mélange était filtré avant d'être pressé et décanté. Lorsque le mélange était prêt on y ajoutait épices, colorants et fixateurs, ainsi que des conservateurs qui évitaient au parfum de se dégrader. Enfin, le liquide était placé dans des flacons hermétiquement fermés avant d'être envoyés au marché. 

bague-ecriture-grec-argent

Le marché du parfum

 Le parfum était généralement placé dans des récipients en céramique ou en verre, mais les plus luxueux avaient droit à des flacons ornés et peints. Les lécythes et alabastres étaient d'élégants récipients destinés aux femmes, alors que les athlètes employaient des aryballes. Les artisans qui réalisaient ces flacons les marquaient souvent afin d'éviter les fraudes et les vols. Les échoppes de parfums se trouvaient souvent au centre des villes, ce qui témoignait de leur importance. Si on y vendait, bien sur, des parfums, elles servaient aussi parfois de lieu de rencontre. Par exemple, les boutiques de parfums proches de l'agora d'Athènes étaient fréquentées tous les matins par la jeunesse de la cité. 

Pétales et senteurs

La fonction principale du parfum était d'attirer les membres du sexe opposé et du même sexe. On peut faire remonter cette pratique à un passage de l'Iliade dans lequel Héra emploie du parfum afin de séduire Zeus. Dans le même ordre d'idée, les hymnes à des déesses comme Demeter et Aphrodite mentionnaient toujours leur odeur plaisante... ce qui ajoutait du poids à l'idée selon laquelle séduction et parfum allaient de pair. Mais le pardon était aussi un symbole de statut social. Les athlètes s'enduisaient d'huiles parfumées à l'entrainement et lors des banquets... et les citoyens étaient évalués selon le caractère luisant et odorant de leur corps.

collier-zeus-argent


Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.